Silviu NECOARA, Consultant IT, Parent d’élève à l’Ecole Michaël, Strasbourg – APAPS

Le petit Leonardo avait 3 ans quand il a commencé l’école maternelle dans l’école primaire dans le quartier. Sans période d’adaptation, la transition fut brutale. L’enseignante avait trente gamins de 3 ans dans la classe. L’accueil se faisait à la porte, on nous disait de partir vite, elle tirait Leonardo par la main dans la classe, il pleurait comme jamais. Il faisait des cauchemars la nuit. On se demandait ce qu’on pouvait faire. Tout le monde nous disait que c’est comme ça et que ça va passer, il va s’habituer. On ne voulait pas qu’il s’habitue à une telle situation.

Le coup de téléphone d’Isabelle, jardinière dans l’école Michaël à Strasbourg fut salvateur. Elle nous appelés dans la deuxième semaine en disant qu’il y avait deux places dans sa classe (pour Leonardo et Thomas qui n’avait pas encore 2 ans). On a pris un rendez-vous le lendemain avec elle pour se connaître avec les enfants. L’accueil fut extraordinaire. Je n’avais jamais vu quelqu’un si présent et à l’écoute avec des enfants. Nous avons tout de suite dit oui.

Une période de transition de quelques jours où Katrin a accompagné Leonardo au jardin d’enfants a suivi. C’était magique. Leonardo adorait aller au jardin d’enfants. Les pleurs ont été remplacés par de la joie. À la fin du mois, Thomas a aussi rejoint Leonardo dans le groupe. Ils étaient douze enfants de 2 à 4 ans dans le groupe d’Isabelle qui avait une aide-jardinière aussi. Nous avons senti qu’on s’occupait vraiment de nos enfants, et qu’on ne les abandonnait pas dans une garderie pour aller travailler. On avait un retour tous les jours sur ce qui se passait dans la journée.

Les jardinières sont formées et continuent de se former en permanence. C’est précieux car ça leur permet de prendre en compte l’enfant en tant qu’individu, de savoir ce qu’il est capable de comprendre et de faire par rapport à son âge et son développement. En échangeant avec Isabelle, nous avons appris beaucoup sur nos enfants et sur nous en même temps. Ça nous a permis de mettre en place des choses pour avoir de meilleures relations avec nos enfants, pour pouvoir mieux les comprendre et les accompagner. Plus tard, nous avons connu Sophie, la jardinière de Leonardo dans le groupe de 3-6 ans. Au fil du temps nous nous sommes rendus compte qu’Isabelle et Sophie avaient trouvé leur vocation, leur mission de vie, leur passion : accompagner nos enfants, les nourrir, semer des valeurs humaines, leur apprendre à être.