Chloé BOUC, Étudiante, Ancienne élève à l’Ecole de la Mhotte, Saint-Menoux – APAPS

La vérité, c’est qu’il est difficile de mettre des mots sur des choses qui m’ont toujours paru évidentes. L’envie, chaque matin de me lever pour aller à l’école, retrouver mes amis bien sûr, mais aussi par simple envie d’apprendre et de découvrir toujours plus. Le fait de me sentir en sécurité et respectée pour ce que je suis. De savoir que je ne serai pas comparée à mes autres camarades, mais qu’ils seraient pour moi une source d’apprentissage, comme je le serai pour eux. Apprendre à respecter l’autre, le voir comme un égal et non comme un potentiel concurrent. S’entraider. S’ouvrir au monde avec humilité et respect. Respecter l’environnement, la nature et tout ce qu’elle contient mais aussi tout ce qui m’entoure. Exercer mon esprit, mon intellect autant que mes capacités artistiques et manuelles. Considérer toutes les activités manuelles, artistiques, expressives comme égales à tout ce qui touche l’intellectuel.

Dites-moi pourquoi un grand mathématicien serait-il “supérieur” à un couturier, un comédien, un peintre ou un maçon ? Il n’y a là pour moi aucune raison de supériorité, le premier est doué dans un domaine tandis que le deuxième est doué dans un autre. Donnez un patron et du tissu à un mathématicien ou bien des briques et du ciment, il ne saura rien en faire. Avoir le droit de devenir ce que je veux vraiment, sans pour autant avoir le sentiment de me diriger vers un métier soi-disant “ingrat” et sans “potentiel”. Le monde a aussi besoin de tous ceux qui parlent avec leurs mains, leur corps et leur voix. Vivre les choses.

Si ma scolarité en école Steiner m’a donné une chance, c’est bien celle de vivre des expériences fortes et riches en découvertes dont je suis toujours sortie grandie et un peu plus épanouie. Le théâtre, la musique, les stages en immersion, l’élaboration de projets personnels, m’ont permis de me découvrir des qualités, des facilités et des envies, des difficultés et des peurs à surmonter. Elles m’ont permis de me découvrir un peu plus à chaque fois, de me connaître et de devenir qui je suis. Je suis persuadée que c’est en vivant les choses que l’on peut décider de ce que l’on veut et de ce que l’on ne veut pas dans notre vie. Non, la pédagogie Steiner n’est pas une secte parce qu’elle m’a donné la LIBERTÉ !